Feelings


Ok right, we are like touching the top of the virtual worlds here.

Let’s sum this up :
Scobleizer is a famous blog about tech, written by Robert Scoble, a guy that used to cover blogs for Microsoft and who is now blogging and authoring and hosting a video show. He is also twittering and quite often refers to good articles and ideas around the Silicon Valley. Now he is refering to an article of Danah Boyd (i love the name), quite a celebrity in all tech things related to social networks. Now she is writing about Facebook, which is also pretty far away in terms of reality (or not ?). What does she say ? Basically, she cannot get the fuss around Facebook (I am utterly confused by the ways in which the tech industry fetishizes Facebook), since it has many limitations blah blah.

What is my point ?
It boils down to this : I am tech fan and all the fuss around internet passionates me.  Facebook is becoming something in my life : I think I have spent 1 hour receiving new notifications, new messages on my wall etc… and answering them and keeping the ball rolling.

Was is it somehow useful ?
honestly, I cannot deny I got back in touch with people I had lost from sight, or that I did not know that well, and now they are like “people I know better” (at least we share something…). So yes, I gained from not making cold calls I would not have made anyway. I gained from those social interactions, I am falsely feeling supported by a whole community around me.

But is it my job ? not really, or by the farthest extent yes.
I am being drifted into this ? yes, sure even though as I’ve said, it might be relevant socially and a smaller level, professionnaly.

What is sure : technology is enabling and altering my routine life. What makes me really unconfortable is that during the time I spent enriching my social experience of FB and my knowledge of something that may alter the web portal industry,
I have less time for other things that might as satisfying (finishing work earlier, enjoying the day light, spent time with other disconnected people).

I am sure we are living a revolution around the on-line world (whatever the exchange is), I was not part of the first e-revolution (too conservative ? too young ? no idea ? no guts?), and I am not really part of the new wave that came after 2001 (already got a job that I like ? no idea ? no guts ?) but I tend to reassure myself (I still lean forward on entrepreneurship and on setting “one day” my own company) by saying that this might be a way to stay alert and ready to move on the next thing…

In the meanwhile on these glorious days, I keep reading stuff that I tend to be interested in, but that don’t really matter in my life…. Is it serious, doc ?

 picture : Le Penseur (the Thinker), originally uploaded by filtran.

Advertisements

Remarkable article from Seth Godin on the notion of hard work :

In the past, it was using your body as a piece of mechanics, nowadays we tend to confond hard working hours and long working hours.

Seth defines hard as emotionnaly hard, risky challenges, where you put yourself out of the comfort zone ! 

A must read.  

Update : you can find Andrew Keen’s blog, manifesto (on peut être contre la culture internet, on n’en est pas moins converti à sa puissance de propagation.)
Andrew Keen is the guy who is spearheading the uprising.

internet evilNothing really changes : greedy people will continue to be greedy, mean mean etc…

It is true that some short lapses of time, the internet culture alters the human interaction are however different : strangers talk to each other without any preconceive scheme in mind, they only meet for the sake of meeting and discovering new things. Passion and curiousness are driving their actions. Of course, those moments don’t last long. The real difficulties appear next : sorting the different kind of crowds, what is fake interests, lust and credulity.

The Internet is not any more for quite some times this new heaven described by some, some people are starting to take a stance agains the internet culture, and it is quite frankly refreshing : L’Antéchrist de la Silicon Valley (via Pierre Assouline’s blog).

——————————-

Rien ne change véritablement jamais, la nature humaine reste ce qu’elle est, et les méchants restent méchants (avant d’être l’apanage d’un langage infantile, le terme de méchant est aussi un terme qui décrit l’éthologie humaine).

Il est manifeste que lors de cours intervalles de temps, la culture internet présentait des rapports humaines proches de la culture hippie : des étrangers se parlant sans préjugés, se rencontrant pour le seul fait d’échanger de partager leur curiosité. Bien sûr, compte tenu des changements qu’impliquent internet sur notre mode de vie et sur notre économie, cet état d’esprit est bien vite corrompu, utilisé, détourné, manipulé.

Internet n’est plus cet espace de liberté à l’écart du monde, elle est considérablement parasité par les arrivistes, les marchands de foire etc… cela faisait un certain moment que le préchi-précha qui entourait internet et le présentant comme un prélude à un monde nouveau m’énervait car me semblait de plus en plus en dissonnance avec la réalité de ce qu’on pouvait en voir : relations d’influence, d’argent et promotion individuelle forcenée : un critique américain (mais qui en fait aussi son show) s’attaque aux poncifs d’internet et de la culture hippie sous-jacente : c’est à lire sur le blog de Pierre Assouline, L’Antéchrist de la Silicon Valley.

Une fois de plus j’ai réagi trop vite à une phrase qui m’excédait dans un mail… en mettant tout le monde en copie.

  • Rule n°1 : ne jamais répondre à chaud
  • Rule n°2 : si la règle n°1 est enfreinte, toujours s’assurer des destinataires
  • Rule n°3 : si la règle n°1 et 2 sont enfreintes, faire une blague pour rattraper le coup …
  • Rule n°4 : si vous arrivez à la règle n°4, c’ est que vous êtes vraiment trop cons, on ne peut rien pour vous

Gaping Void's Twitter cartoon

Good question, how this geeky thing is going to go mainstream if ever ?
Pretty high valuations seem to be high in the market (look at the buying spree in web online advetising), so how is twitter going to stand out mainstream ?

I wanted to test the product before speaking up my mind :
Well after a week or so, I am just posting to 4 fellows who are as geeky as I am (they do not twitter much anyway), so I don’t feel the network effect* (am I with this blog ??), I follow the usual supersized ego (and for some reasons) usual suspects (Loic, Rodrigo, Ouriel, Clavier, Arrington) which resembles a migration from newsflow from their blogs to their twitters…
Is it useful, quite not, it is a simplified, more in-the-minute blog but not much anything else.

So as for the media point of view, apart from taking some more eyeballs from the small screen, what can we do with this ?
To some, it looks alike the chat function of Joost, but it applied to a larger media support : web surfing…
For some others, it is like the SMS line in some TV shows, where viewers can react directly on the screen in front of others if they are willing to send and pay for a SMS…
Let’s bet in some times, the usual filesharing devices will integrate this kind of tagging for media in use (like Last.fm in Skype=)
Interesting development ideas on the wiki but basically it’s always hard to find the golden goose between enrichment of the application (add social networking aspects) and keeping the application simple (what really made it popular).
Mashup concepts are here.

* I understand by network effect, the marginal increase in value when an additional customers use the service

Gaping Void's Twitter cartoon
————————————-

Comment dit-on twitter en Français ? le mot en anglais est une sorte de jeu de mots sur le bruit des oiseaux (piaillements en fr), piaill’r ou en prononçant à l’américaine : P.I.’r [piaillère]

Pour revenir sur la compatibilité avec le monde des médias : bonne question, comment ce truc va pouvoir être adopté par le grand public ?
Les fortes valorisations (voir les régies internet) sont à nouveau de rigueur et pas mal de groupes ont fait des déclarations pour indiquer qu’ils voulaient être présents sur internet à travers des acquisitions petites et ciblées avec le coeur de métier leur permettant bien sûr de se déveloepper largement au delà de leurs frontières traditionnelles (en anglais je crois que l’on dit day dreaming).
Bon alors Twitter dans les médias ça donne quoi ?

Je voulais tester le produit avant de formuler un avis :
ok c’est marrant, mais après une semaine d’essai, je dois dire que je continue de raconter my life à les 3 autres geeks de potes qui n’utilisent pas particulièrement p.i.’r, je n’ai pas encore enregistré d’effet réseau (comme avec ce blog n’est-ce pas ?). Je suis sur Twitter les égos surdimensionés (à raison?) habituels que je suivais sur leur blog : Loic, Rodrigo, Ouriel, Clavier, Arrington, ça s’apparente davantage à une migration des plates-formes vers twitter qu’à une nouvelle étape non ?
Les bons côtés : assez simple, impudique comme d’hab (it’s a brand-you world comme dirait l’autre) , davantage dans l’instantannée que dans le billet long et réfléchi (vers une différenciation des modes d’expression?)

Bon alors du point de vue média ? à part accroître les usages internet et détouner des écrans de TV du temps de cerveau disponible pas grand chose.
Ca pourrait ressembler à la fonction chat dans Joost, mais encore faudrait-il que ce que je regarde soit directement communiqué sur twitter (à la last.fm dans Skype). A la différence de Joost, on ne reste pas dans le commentaire sur internet comme simple écran de diffusion mais au sens large avec son interactivité et le web surfing.
D’autres y verront le même mécanisme à l’oeuvre que les téléspectateurs qui envoient des SMS pour participer dans les émissions de TV, à quand une émission qui mettrait en place une plate-forme twitter pour réagir dans le cadre de ses émissions ? ? (d’ailleurs France 2 a arrêté son émission cross-média pour ado (Le mag2.0 je crois)).
Il y a fort à parier que dans peu de temps, twitter++ intégrera les médias en cours d’utilisation sur l’ordinateur et que twitter servira aussi de base de tagging pour qualifier une gigantesque base de données de fichiers médias.

Quelques idées de développement sur le wiki
approprié, mais reste l’éternel dilemme entre complication et personnalisation de l’interface et de l’autre, l’intérêt même de Twitter, et qui a fait son succès, sa simplicité d’utilisation.
Dans la même veine, les mashups possibles ici. (je me demande si quand on dit mashups, on ne veut pas tout simplement dire dans bien des cas, géolocalisation?)

Bref on l’aura compris, je reste assez dubitatif sur l’avenir de twitter et sur sa capacité à transcender les early adopters (ne disait-on pas la même chose de Messenger ou même du mail au départ), en tout cas, les conditions sont présentes pour se poser la question du développement et de la déclinaison du produit…

any guess ?

Technorati Tags: , ,

https://i0.wp.com/chambreavecvue.canalblog.com/images/Albert_Cohen.JPGSometimes you are just blown away by a sentence : a post has just reminded me the beautiful epigram introducing the Book of my mother by Albert Cohen : “To the unreasonables who think their mother is immortal”

Il arrive qu’on soit emporté par une phrase au détour d’une note
“Aux insensés qui pensent que leur mère est immortelle” (Albert Cohen, Le Livre de ma Mère)

Technorati Tags: ,

LeWeb3 crowd
I was attending the LeWeb3 today and mixed feelings occured.
On the one hand, you can feel the web2.0 lingo – inflated egos – platitude remarks that characterize this kind of events, but on the other hand, sometimes, you just want to believe it : you want to be that kind of energetic entrepreneur, with guts and ambitions that prove all the others, what loosers they are.
I did not have anything to sell nor to buy, therefore I caught very little interest from the other attendees, just felt lonely from time to time. (then the other part of me, the energetic tom-peteresquekeith-ferrenziesque says something like : you should go out moron, go get attention, make new connections).
More to follow tomorrow.

J’assistais aujourd’hui à la conférence LeWeb3 et mon constat est contrastée :
D’une part, on ne peut pas s’empêcher de sentir tout le vent soulevé par le jargon 2.0 – les égos démesurés – la platitude de certains propos, caractéristiques de ce genre d’événement, cependant par ailleurs, à quelques moments, on a simplement envie d’y croire, d’en être également : on a envie de faire partie de ce club d’entrepreneurs énergétiques énergiques, plein de volonté et d’ambitions, qui montrent à tous les autres (ceux qui assistent à la conférence) à quelle point ils ne font pas le poids.

Je n’avais rien ni à vendre ni à acheter, par conséquent je crains d’avoir suscité peu d’intérêt de la part des autres participants, tout cela entrecoupé de moments de solitude. (C’est à ce moment là que mon côté tom-peterskeith-ferrenzi reprend le dessus et dit un truc du genre : bouge toi un peu, va retenir l’attention de quelques personnes, fais-toi de nouveau contact.
Plus à suivre, demain (du coup je pars pour la soirée).